• J’ai bien conscience de ne rien avoir d’une critique ciné, mais voici un article pour vous donner mon ressenti sur ce film !

     

    Comme des frères est un film réalisé par Hugo Gelin avec François-Xavier Demaison, Nicolas Duvauchelle, Pierre Niney et Melanie Thierry entre autre ! 

    L’histoire est assez simple, et sur le papier, rien ne me donnait envie d’aller le voir, vous savez, la réputation des comédies françaises, tout ça, tout ça.

    Boris, Elie et Maxime avaient tous un lien avec Charlie, il semble d’ailleurs qu’elle était le seul point commun entre ces 3 hommes.  3 générations, 3 hommes tout à fait différents, 3 histoires et un attachement pour la même femme. A la mort de Charlie, ils décident de faire le voyage qu’elle leur avait demandé de faire, comme une dernière volonté. Ni une, ni deux, les voilà embarqués direction la Corse, un trajet tout en émotions, rires et souvenirs où chacun à sa façon, trouve le moyen d’accepter cette perte et de dire au revoir à cette femme qui a partagé un moment de leurs vies.

     

    J’avais des doutes, sur le côté « Comédie » de la chose, et je doutais vraiment de la trame du film.  Un road trip à la recherche de souvenirs comme ça, ça pouvait vite devenir chiant. Mais la bande d’annonce m’a donné envie de le voir, la promo aussi qui a été faite m’a finalement décidée (bon d’accord, Pierre Niney jouant de la guitare au Grand Journal y est pour beaucoup :p).  Autre argument de choc : Nicolas Duvauchelle. Bref, je me suis donc rendue au cinéma ce dimanche après-midi, et je n’ai pas été déçue.

     

    Pour résumer en quelques mots : j’ai A-DO-RE ce film ! Mais vous vous doutez bien que je vais développer un peu, au cas où vous ne seriez pas encore totalement convaincus qu’il faut aller le voir !

    Tout d’abord ce trio de choc ! J’avais déjà vu Nicolas Duvauchelle dans Polisse, et j’ai été agréablement surprise de le voir dans ce film. Mais celui qui m’a le plus étonné et que j’ai découvert à l’occasion est Pierre Niney. Tellement touchant et attachant à chaque apparition. Le jeu des acteurs est vraiment bon. C’était agréable de les voir évoluer, tisser des liens tout au long du film. Mais aussi agréable de voir quel lien chacun d’entre eux avait avec Charlie.

    On découvre au cours de l’histoire - à l’aide de retour en arrière - des moments importants de leur vie, on découvre ce qu’ils étaient prêts à faire pour elle. Bref, un trio très attachant sans oublier les interventions de Melanie Thierry toujours très émouvantes.

    Mais aussi, que d’émotions ! Chacun doit trouver le moyen d’accepter la mort de Charlie, mais tout est fait dans la finesse, le détail, jamais rien d’over-dramatique. Un répondeur, un fond d’écran ou une peluche bigleuse, tous ont besoin de la garder à leurs côtés encore un peu. C’est sincère, touchant, drôle, tout en simplicité !  Et puis cet humour, tout à fait ce que j’aime ! Rares sont les films qui vous font passer du rire aux larmes en l’espace de quelques secondes.

    Pour conclure, petit détail mais qui a son importance, j’ai beaucoup apprécié la bande-originale dont le groupe Revolver est à l’origine.

    Bref, si vous aviez des doutes, plus d’hésitation, filez voir Comme des frères, un film réussi, avec des acteurs attachants, une histoire touchante, des images magnifiques. Une bonne surprise !  


    votre commentaire
  • J’ai trainé Mummy au cinéma dimanche après-midi, car après avoir vu le premier, second et troisième volet, ma curiosité me poussait à aller voir le quatrième. Il faut dire que je suis friande de ce genre de film – j’entends celui où tu n’as pas besoin de réfléchir, tu te détends, point – et même si c’est du vu et revu, qu’importe !

    Voilà donc ce que la bande d’annonce et le synopsis promettaient :

    « Miami Beach – Amis d’enfance, Sean et Eddy travaillent comme serveurs dans l’hôtel de luxe Dimont, propriété du magnat de l’immobilier Bill Anderson. Ces deux jeunes ont monté ensemble une troupe alternative, "The Mob", à l’avant-garde de la danse de rue et cœur du mouvement protestataire urbain. Le brio, l’audace et l’imagination de la troupe attirent l’attention de la fille d’Anderson, Emily, danseuse classique douée que son père pousse à exercer un "vrai métier" au mépris de sa passion. L’arrivée de cette "gosse de riche", très mal vue par Eddy, et son idylle naissante avec Sean sonneront-elles le glas de "The Mob" ? »

    Bon, niveau scenario, ils n’ont pas fait dans l’originalité. Ils ont sorti les grands classiques : un crew, un héros canonesque, une héroïne toute aussi jolie aux jambes interminables, un concours, un amour impossible (très important l’amùùùùr impossible), bref, on ne va pas voir le film pour son originalité bien que les flash mob aient quelque chose d’un peu novateur. D’après moi, seul le 1er volet est un peu plus "évolué" niveau scénario.

    Deuxième à priori, comme le précédent, Step up Revolution est en 3D, et vous le savez peut-être pas encore, j’ai une dent contre la 3D. Ce n’est pas le concept en soi qui me dérange, c’est qu’il soit utilisé à toutes les sauces pour un film sur le monde merveilleux de Oui-Oui à Avatar dans l’unique but de se faire encore et toujours plus de fric (comme si payer la place quasi 100 balles n’était pas déjà suffisant). Surtout que la 3D est quasi inexistante tout au long du film et sans aucun doute inutile. Sachant que la 3D du 3ème opus était carrément pourrie, je vous laisse imaginer ma déception, quand j’ai vu qu’ils avaient rempilé pour ce 4ème volet.

    Alors, Sexy Dance 4, pourquoi on va le voir ? POUR CA !

    [Si vous comptez aller voir le film, évitez les vidéos suivantes]

    ( la rooooobe quoi ! :O )

    Les chorégraphies sont absolument exceptionnelles pour ne pas dire carrément géniales. C’est toujours un réel plaisir de voir ces performances, les costumes etc… Ce qu’on peut attribuer à ce film est l’originalité dans la recherche des décors, pas de hangar sombre où s’affrontent des crew, pas un arrière de magasin ou l’équipe se fait ratatiner par l’équipe – pardon, le crew - adverse mais plutôt un restaurant, une galerie d’art…

    L’ « action » commence dès la première minute (bon, d’accord, la 2ème y’a une petite scène avant) et ça aussi ça me plait car j’avais trouvé le démarrage des 3 premiers assez long. Même la BO a quelque chose de différent des 3 premiers films.

    Concernant la 3D, j'ai été agréablement surprise ! Bien que je trouve toujours ça carrément chiant de mater un film avec des lunettes sur le nez, la 3D avait un rendu assez étonnant sur les scènes de paysage, mais aussi lors de billets qui volent, étincelles ou des hommes soutenus par un élastique (bref qui font *BOING* *BOING*)... A priori sur la 3D (presque) balayé pour ce film !

     

    Si vous n’êtes pas convaincus par cette explication « correcte », voilà, en clair, quelques visuels pour vous motiver à y aller :

    step up 4

     

    Et pour conclure cet article, je vous laisserai sur les mots de ma maman à la sortie du ciné « OH C’ETAIT TROP GENIAL ! » ! Et vous Sexy Dance 4, vous l'avez vu ? Vous en avez pensé quoi ? Vous pensez aller le voir ? 

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique